Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 16:29

« TERRE À TERRE »

une émission de Ruth Stégassy

 

France Culture le samedi de 7h05 à 8h

Durée moyenne : 53 minutes

 VEAU D'OR - Nicolas Poussin

"L'Adoration du Veau d'Or" - Nicolas Poussin


          « En quelques années, les questions d'environnement sont arrivées sur le devant de la scène.

          La prise de conscience ne s'est pas faite sans douleur.

 

          Terre à terre souhaite :

 

- faire le lien entre les informations qu'on reçoit de partout ;

- tisser un réseau entre tous ceux qui, en France et à l'étranger, sont dans la recherche active, expérimentent des solutions ;

- resituer chaque question dans un contexte, prendre assez de recul pour voir comment elle a évolué sur dix ou quinze ans dans son traitement comme dans l'opinion ;

- être à l'affût des initiatives locales, qu'elles émanent de particuliers, d'associations ou de collectivités territoriales ;

- savoir ce qui se fait à l'étranger et être un relais des expériences réussies ;

- chercher à confronter sans tomber dans la polémique...

 

          Ce magazine veut avant tout désamorcer la dramatisation pour permettre la réflexion. »

 

          En bref, " Terre à Terre " fait et arrive à faire ce que chaque être responsable – et non pas PROFITEUR – de lui et des autres devrait faire et arriver à faire.

 

          A vous…

 

 

- 1 -

Pour mémoire : « Lorenzaccio » Alfred de Musset – 1834

 

 LORENZACCIO-by--par-Alexandre-Rateau.jpg

"Lorenzaccio" par Alexandre Rateau


Lorenzo

… Dans ma chambre est Alexandre de Médicis, mort de la main que voilà.

Philippe

N’as-tu pas averti nos amis ? N’ont-ils pas l’épée à la main à l’heure qu’il est ?

Lorenzo

Je les ai avertis ; j’ai frappé à toutes les portes républicaines avec la constance d’un frère quêteur ; – je leur ai dit de frotter leurs épées, qu’Alexandre serait mort quand ils se réveilleraient. – Je pense qu’à l’heure qu’il est ils se sont éveillés plus d’une fois, et rendormis à l’avenant. (…)

Philippe

As-tu averti les Pazzi. L’as-tu dit à Corsini ?

Lorenzo

A tout le monde ! Je l’aurais dit, je crois, à la lune, tant j’étais sûr de ne pas être écouté.

Philippe

Comment l’entends-tu ?

Lorenzo

J’entends qu’ils ont haussé les épaules et qu’ils sont retournés à leurs dîners, à leurs cornets et à leurs femmes.

 

 

- 2 -

PETITE RESPIRATION MUSICALE 

« La Damnation de Faust » - Berlioz – 1846

 

 

Air du « Veau d’Or » - René PAPE (ça ne s’invente pas !) 2011

Faust1112 08 René PAPE recadré

link

 

Et donc enfin…

- 3 -

 

« TERRE À TERRE »

une émission de Ruth Stégassy


 

France Culture du samedi 18 janvier 2014

"Péril sur les normes sociales et environnementales de l'Europe" 

... et maintenant : cliquez !

link

Durée : 52 minutes

Herve-THAREL---SCHMIMBLOCK-S-boul-nege--b-2012---14-cm-go.jpg 

Hervé THAREL - SCHMIMBLOCK'S boul'nège 2012


Et après, que fait-on… ?

On se retrouve et on va voter ?

Oui, mais : où ?

Pour ou contre qui et quoi ?


autruche.jpg

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 09:06
Aymeric GIRAUDEL The Prophecyhaut
 
CENTENAIRE DE SA MORT
 
Aymeric GIRAUDEL The ProphecybasAymeric Giraudel : "The Prophecy"
 
MORT AU CHAMP D'HONNEUR  Chartres-aux-Bles1web-copie-1.JPG 
       Lieutenant de réserve, il part en campagne dès la mobilisation en août 1914, dans la 19e compagnie du 276ème régiment d'infanterie et meurt au combat la veille de la bataille de la Marne, tué d'une balle au front, le 5 septembre 1914 à Villeroy.

 

« Aujourd'hui...   

Charles Péguy  ... dans le désarroi des consciences, nous sommes malheureusement en mesure de dire que le monde moderne s'est trouvé, et qu'il s'est trouvé mauvais »

Cahiers de la quinzaine - 1902
 
à venir : saison 2013-2014
 
" LES RÉCITS DE LA PASSION "
durée : 1h15
 
- 1 -BR_MICHEL_BEATRIX_2010_0204-N-B.jpg
PÉGUY
" GETHSEMANI "
extrait du
"Dialogue de l'Histoire
et de l'Âme Charnelle"
 
"Ce qui compta ?
ce qui fut la moelle,
la moelle de douleur
et l'objet propre de cette passion ?
Ce fut la mort charnelle,
la simple mort,
qui le mit dans cet état,
sa mort corporelle,
sa mort temporelle,
enfin la mort de son corps,
de son corps mortel précisément,
mortel pourtant et qu'il savait mortel,
que de toute éternité il savait mortel,
de son corps terrestre,
de son corps humain, de son corps d'homme !
Quelle ne faut-il pas,
quelle ne faut-il pas que soit la mort,
la simple mort.
Dieu même a craint la mort."
 
DSC03358bweb
- 2 -
BÉATRIX
" AVANT-DERNIÈRE PAROLES DE L'HOMME "
 

"L'homme dont je suis fait, l'homme dont je succombe,

qui me tire à la croix, qui me pousse à la tombe,
l'homme me fait horreur : je devrais l'aimer moins.
Je pars pour l'aimer mieux : je vais l'aimer de loin."

 

Partager cet article

Repost0
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 16:59

    HA ...

William A. BOUGUEREAU : "Elegy" - 1899

William A. BOUGUEREAU : "Elegy" - 1899

... TENDRE  !

 

"Le Triomphe de l'Amour"

Marivaux

 

Remis à Projet

 

Recherche lieu

! atypique et improbable !

 

Fin de nuit ordre du jour

Je t’écris amant-amour

 

Inlassé plaisir des cieux

Innocent jeu de désirs

Goûter tout ne rien saisir

Au lit débordé des yeux

 

Deviner le presque pire

Du plaisir tout court et long

Temps de brèche et de frisson

N’avouer rien ne rien dire

 

Jeu de la pensée qui danse

Ondule marée d’ivresse

Des peut-être des caresses

Sentir sans dessous les sens

 

Leurs chimères et délices

Lorsqu’ils ont perdu leur nord

A bout poussés par-dessus bord

Aux pieds de nos précipices

 

Joie de peine joie de cœur

Montée vol plané descente

Côte abrupte calme pente

Douce violence peur

 

Je t’inscris amant amour

Au désordre de mes jours.  

  

Michel BÉATRIX – Lyon : 23.03.2013 

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 17:01

VOEUX-2013bis2.JPG

       Un peu comme si 2012 avait eu des airs et tonnerres d'éternuements. Eternuements de feu : le dragon présidait aux destinées de l'année chinoise.

 

       Année de feu ! Tant qu'à chinoiser : la commision de sécurité de Lyon, alertée par les infinis dangers que nous faisions courir à nos spectateurs, a résolu de mettre la main et d'opposer son veto à l'usage de la Crypte Saint-Joseph tant que des trappes de désenfumage ne sont pas installées.

2008.10-01b-CRYPTE.jpg

       Sécurité oblige, d'autant plus ! quand les astres et le ciel s'en démêlent.

DRAGON.jpg

       Inextricable amour je t'aime moi non plus des am-bivalents-bigus lieux cultu(r)els glissés comme dans des hamburgers - on aurait autrefois dit sandwichs... tout passe tout lasse et (s')étouffe - entre profane et sacré.

 

       Sacré bon sang de sacrée culture ! Comme si la vie n'était pas déjà devenue assez mauvais sang et compliquée comme çà !

 

       Humeur d'hiver... à ne pas mettre dehors un chien de caractère qui ronge un os illusoire auquel il tient et tiendra. Souhait ?

 

       Voeu.

 

       Serment !... Même si c'est aussi : gageure.

 

       Nous étions et restons fiers d'avoir su et pu produire et créer, avec la foi et le talent des comédiens que vous avez appréciés et plébiscités, les moments de partage et d'échange autour de grands et fondamentaux textes, sans avoir jamais ni demandé, ni reçu de subventions.

 

Hommages particuliers et renouvelés :

LogoCreditMutuel

qui, depuis 1996, ne nous a jamais fait défaut dans son aide et son intérêt.

logo RCF

       Ne nous voilons pas la face et ne nous berçons pas de grands principes : tout cela n'est qu'affaire de sous, je veux dire : d'argent... de desssssssous (nous allons entrer dans l'année du Serpent) de business en mal de poules de plus en plus rares aux oeufs de plus en plus plaqués de faux or. On pourrait chanter avec Gounod : "Le Faux d'Or est toujours debout..." Quesaco ?!

 

Quesaco ?

"Faust" de Gounod : air de Méphitophéles

http://www.youtube.com/watch?v=WUgoMzkaSoE

 

       Sinon...? Promis : ça va plutôt bien. Des envies, des énergies, de l'Amour.

 

Des projets :


Marivaux : "Le Triomphe de l'Amour" (encore lui !)

ELEGY by William A. BOUGUEREAU

 

Péguy (encore lui !) : "Gethsémani"

cyclone ivan n&b

 

Des tournées :

"La Complainte des Fous"

COMPLAINE-DES-FOUS-2012-CieMB--photo-K.Ehret-8b.JPG

 

       Où ? Quand ? Comment ? A vos souhaits d'être informés ! Inscrivez-vous à notre news letter pour nous donner l'envie de vous l'écrire...

 

       Nos baisers... et votre énergique accompagnement pour vouloir encore, désirer, demander notre, votre regardoir : la Crypte !

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 11:50

VISUEL + CIE MBbispropose

L-ATELIER---VISUEL.JPG

le lundi de 19h à 21h

(sauf durant vacances scolaires)


Extension de 18h à 20h et de 20h à 22h selon fréquentation


Salle Saint-Jean Chrysostome 

Crypte Saint-Joseph des Brotteaux : 99, rue Crillon. 69006 – Lyon (métro Masséna)

 

            Rien ni personne n’est une fin en soi. Tout but atteint devient dès cet instant une étape. Tout, autant que chacun, est du même ordre que cette étape : une porte, un passage, un outil, un moyen d'échange. Le blé, le boulanger, le pain ; l’animal, le boucher, la viande. L’art, l’artiste, ses œuvres ; le bois, le luthier, le violon, le violoniste, le mélomane ; toute espèce parlante et répondante : le papier imprimé et lu, le métal fondu et échanger, sonnant en bourse, tonnant en bataille, la parole donnée, reçue, reprise, douce, forte, trébuchante.

 

            Les outils seuls ont une échéance, une fin.

 

            L’échange est éternel.


TARIFS

 

25,00€ / atelier

225,00€ : carte 10 ateliers

 

L’Atelier peut, dans un premier temps,

être suivi hebdomadairement ou bimensuellement.

 

Renseignements, inscriptions : 06 15 58 06 72

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 20:29

« La Complainte des Fous  »

 

REPRISE


VOISSANT 

(38620)

JOURNÉES DU PATRIMOINE

septembre 2012

SDC19255.JPG


 AU VIEUX CHÂTEAU

 

samedi 15 : 15h30 et 20h30

dimanche 16 : 15h30

Réservations : 06.15.58.06.72

Saison 2012-2013 : spectacle proposé en tournée

avec représentations à la carte dans les établissements scolaires !

 

 


   

« Si oncques folie fut rieuse

 

moultes complaintes en gargouillèrent. »

Vieil dict'on du Moyen-âge

RIRE GARGOUILLE détail

 « La Complainte des Fous  »

 Histoires

très bonnes et très joyeuses

du Moyen-âge

enluminure1.jpgConception & Mise en Jeux 

Hervé Tharel

RV-la-malice-b.JPG

 Un Texte : des Choix 

« La Complainte des Fous » n’est pas et ne peut pas être un spectacle sur le Moyen-âge – cette période couvre mille ans ! – elle en est une vapeur, une émanation hilarante et enseignante, un kaléidoscope de textes plus ou moins connus qui, étonnamment, nous pré-disent. 

Moyen-Age002La tradition médiévale est essentiellement orale et gestuelle (et le reste jusqu’à la fin de sa période, en dépit de la place et de l’importance que prend l’écrit au XIIème siècle). Un patrimoine de fables et fabliaux a pu ainsi nous parvenir, indiqué plus qu’étudié dans nos collèges et terriblement occulté par la Commedia dell’Arte. 

Ces témoignages de vie, même enluminés de meilleur ou de pire, révèlent de quelles façons réalistes et/ou fantastiques, tragiques et/ou comiques nos ancêtres médiévaux se voyaient, et voyaient leur époque.

Les chroniqueurs et enlumineurs du Moyen-âge organisent idéalement la société en trois ordres : ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui travaillent.

dyn008_original_375_412_jpeg_2666720_dc60b9251c56ae75e5980c.jpgMais l’histoire de la Société Médiévale ne se réduit pas à cette seule classification… Des auteurs, souvent anonymes, nous proposent au travers d’histoires brèves l’illusion réaliste d’une sorte de Comédie Humaine dans laquelle toutes les classes sociales sont présentes : nobles, prêtres, bourgeois, marchands, paysans, voleurs et gueux. 

Pourquoi, encore et toujours ! mettre en lumière des personnages vieux de sept siècles… ? En quelque sorte : pour qu’eux-mêmes nous enluminent. Parce que la plus grande vertu des œuvres anciennes, la seule peut-être qui leur reste échue, est de nous relier à un passé en nous toujours perdurant et vivant, et de nous re-lier, dans son continu tragique et comique, à l’humanité.

 L'Argument  

Nuit des temps… Quatre folles poussières de comètes déverrouillent le coffre magique d’un alchimiste  moyen-âgeux : explosions de sons, de couleurs, de dits, de danses, de jeux, de chants. Spectacle à tiroirs, spectacle à miroirs dont les éclats ne sont que bris et débris de fous et rires.

Feu-d-Artifice-002b-copie-1.jpg

 Intentions de Mise en Scène 

DANSE-GROUPE.jpgSpectacle tout public, "La Complainte des Fous" s'apparente au Théâtre de Rue, de Place où les tréteaux tout naturellement s'invitent. A travers chants, fables et fabliaux, s'appellent et se parlent Trouvères et Troubadours, Fous surgissant pour nous conter, raconter, distraire et informer. Mouvements, espaces et jeux, couleurs sonores et costumières sous la loupe de la farce grossissant à vue d’yeux les travers et les torts des protagonistes. « La Complainte… » est et donne autant à entendre qu’à voir !...

Une chanteuse  comédienne et trois comparses comédiens donnent un branle soutenu à cette heure de ris et jeux. Quatre fols troubadours seront, au fil et gré de scènes qui se courent l’une après l’autre, nobles, vilains, fille à marier, prêtre, mendiant ou clerc, dans un espace de vie ouvert dans lequel scène et public ne font qu’un.

image

 Quand l'Âge est Moyen...

... non pas entre-deux mais Outil !

 Il n’est pas aisé, d’un Chef d’Œuvre à l’autre, de choisir, de sélectionner… d’hésiter entre un récit de Jean Bodel et un fabliau de Rutebeuf ! Ironie du sort : les textes retenus sont tous d’auteurs anonymes tout en étant très connus au XIIIème siècle. Leur popularité tient sans doute à l’utilisation de tous les ressorts d’un comique dramatique comme dans la mythique « Farce de Maître Patelin », dans « Le Paysan Devenu Médecin » dont Molière a assuré la notoriété avec son « Médecin malgré lui ». De même dans « Les Perdrix », nous retrouvons le rôle de la femme rusée qui sait se tirer d’un mauvais pas et arriver à ses fins en donnant justice à tout le monde.

 

Ni plus ni moins que la domination de l’argent, la soif du pouvoir, l’exploitation de l’homme par l’homme, le recours à la fourberie – voire à la violence – la femme médiévale est encore, déjà et toujours d’actualité : la nôtre entre autre.

AtlasRouergue 5Des leçons à prendre et à donner… ? Juste le divertissement de quelques (r)enseignements, re-enseignements, d’hilarantes piqûres de rappel, de fables dans lesquelles ces animaux – que La Fontaine chérira quatre siècles plus tard –  accouchent déjà des mêmes hommes toujours en chemin vers leur humanité. On reconnaîtra aisément « Le Criquet et la Fourmi », « Le Lion qui Chai en Vieillesse », « La terre qui accouche d’une Souris »… Maîtres comiques de cette « Complainte… » : notre humain bestiaire avec ses cycles de sociétés, d’universelle mortalité.

Et comment, évidemment ! imaginer un spectacle Fables et Fabliaux sans chanter ni danser à l’amble des ombres des troubadours qui, comme ils nous hantent, ont égayé le Moyen-âge … ? Sans les invoquer, évoquer par touches de vieux-français ?


« Si dei jeo faire : maldire l’euil, ki vuelt cluignier, quant il deit guarder e guaitier, que mals ne vienge a sun seignur. »

« Je dois faire comme toi : maudire l’œil qui veut se fermer quand il devrait veiller et guetter pour éviter un malheur à son seigneur ! »

Photo_courtoise-litterature_001.jpg

 Le « dit »

La langue du Moyen-âge n’est encore que parole – l’écrit est latin dans les monastères. Elle nous fait penser à une pâte fraîchement composée, gonflant au levain de ses influences diverses, au plain début de son pétrissage. Sa fonction est tout sauf formelle : dire pour faire « entendre » ; entendement qui passe par l’image et le son dits. Sonorisation de l’image.

D’un pays, d’une région, d’une ville à l’autre le son n’est pas le même qui dira la même image. Vertigineux et grand écart qui nous fait passer de la parole aboutie de Claudel, affranchie de tout classicisme, à celle naissante, bouillonnante, éruptive du Moyen-âge ! Archéologie verbale et – peut-on dire – musicale qui nous fait explorer nos sonorités à travers celles des patois d’ici et là, de nos cousins québécois, dans les jeux et éclats de rires d’une humanité qui, au contraire de la nôtre, se sait et sent avancer vers un meilleur terrestre et céleste.

avec

Photo0531-N-B-copie-2.jpg          Sonia FINDLING GP          Marc PIRON 2 GP N&B

Michel Béatrix - Sonia Findling - Marc Piron

&

Hervé Tharel

Herve-THAREL.JPGdu 20 au 25 mars 2012

ESPACE CULTUREL SAINT-MARC

10, rue Sainte-Hélène. 69002 - LYON

feu-d-artifice.jpg

à 20h30 - mercredi à 19h - dimanche à 16h

mardi,  jeudi et vendredi : matinées à 10h et 15h

Réservations : 06 15 58 06 72

Pensez à laissez votre adresse courriel sur ce site pour recevoir notre New Letter !

 

Co-réalisation

VISUEL---CIE-MBbis.jpg&

ECSM_logo.jpg

NOS PARTENAIRES

 

LogoCreditMutuel-copie-3

 

SPEDIDAM logo

 

logo RCF

 

PetitLogooriginalMA2.jpg

Partager cet article

Repost0
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 18:32

VOEUX-2012c.JPG

Année Passe-âge

avec

"LA COMPLAINTE DES FOUS"

Décoiffantes et déridantes

histoires très bonnes et très joyeuses du Moyen-âge :

fabliaux, fables et farces

à consommer sans modération de 7 à 77 ans

du 20 au 25 mars 2012

matinées et soirées

(tout public et scolaires)

Hervé THAREL

ESPACE CULTUREL ST-MARC

10, rue Sainte-Hélène. 69002 – LYON (M° Ampère)

Renseignements-Réservations : 06 15 58 06 72

Partager cet article

Repost0
30 décembre 2011 5 30 /12 /décembre /2011 20:29

VOEUX-fin2011jpeg.JPG

Merci à chacune et chacun de nos compagnons de route et de création !

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 23:17

PROCHAINE CREATION

"LA COMPLAINTE DES FOUS"

Histoires très bonnes et très joyeuses du Moyen-âge :

fabliaux

contes

farces et fables

 

Conception et Mise en Jeux

Hervé THAREL

DSC00741.JPGavec

2008.04.18b GP          Cendrillon 3 Stéph. %0d%0a Vigne 2011          Marc PIRON 2 GP

Michel Béatrix - Sonia Findling - Marc Piron

&

Hervé Tharel

Herve-THAREL.JPGdu 20 au 25 mars 2012

ESPACE CULTUREL SAINT-MARC

10, rue Sainte-Hélène. 69002 - LYON

feu-d-artifice.jpget que, têtes faites, la fête soit !

Partager cet article

Repost0
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 09:22

  CLAUDEL – LA CANTATE A TROIS VOIX

1911 – CENTENAIRE - 2011

Mise en scène : Michel BEATRIX

CANTATE VISUEL by M.B

REPRISE

NOUVELLE MISE EN SCENE

Crypte Saint-Joseph-des-Brotteaux 

99, rue Crillon. 69006 - LYON (M° Masséna)

du mardi 8 au dimanche 20 novembre 2011

20h30 - mercredi : 19h - dimanche : 16h - relâche : lundis

        Mise en scène revisitée, épurée à son extrême: le texte, rien que le texte ! "Que le sens sacré de la parole et le son de la voix humaine tombe dans la pensée, mot par mot, et s'y dissolve...", à la lueur du même  réverbère à trois branches … Et toujours,  et cette fois encore : la plongée du spectateur éberlué au cœur du jeu et des sensations…

L’ARGUMENT

           Solstice d'été...fumée 1

       Il y a Paul, corps et… femmes : trois âmes, anonymes et universelles, qu'enfante et féconde le texte. Trois âges, trois sensibilités, trois cultures, trois confessions entre « la Vigne, le Froment et l’Ombre ». Ils et elles s’attendent, se retrouvent, s’éloignent, se séparent, disparaissent. Questions de Vies, d’Amour, de Mort. Sangs et eaux mêlés. Pas d'autre musique que celle des voix, des mots. Musique d'âmes... de corps donc. Attente, prière, espérance. Désir. Le temps de la plus courte nuit de l'année. 

Michel BEATRIX

L’ŒUVRE

CIEL-citation2.JPG         ... Les hommes passent très au loin, non annulés. Trois sibylles, trois prophétesses de trois aspects du bonheur, si familières. Læta, la Française, la Latine, la fiancée. Fausta, la Polonaise, en exil. Beata, une veuve, Égyptienne. Elles conversent en de courtes répliques et chantent, tantôt l’une, tantôt l’autre, infiniment, la "Rose", le "Rhône", la "Vigne", le "Peuple divisé", c’est la Pologne, la "Chambre intérieure", les "Chars errants", l’ "Or", le "Cœur pur", les "Parfums", l’ "Ombre".

               Étoiles que ces dix cantiques, allumées dans la fluidité d’une entente à demi-mots. C’est l’exilée qui donne davantage le ton et le son, quatre fois; les deux autres s’équilibrent, trois fois chacune. La campagne respire alentour. Le ciel se déploie. Le soleil va se cacher pour un sommeil bref. Brève la nuit s’avance. C’est le solstice d’été de 1911. Il se reproduit chaque année. Il parle encore cent ans après. »

Père Dominique BERTRAND

Président de l’Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Lyon

 avec

Michel Béatrix : BeataSDC17589detail2.JPG

 

 Claire Lebobe-Maxime : FaustaFAUSTA b

 

Françoise Jardel : LaetaJARDEL Françoise

 

 

LES-CHARS-ERRANT-copie-1.jpg

 

 

 

"Pendant le jour, comme une cire a pris l'empreinte de nos villes, et de nos cultures, et des âmes humaines, pénétrant par la bouche,

Et nous voyons, la nuit venue, tout cela, chancelant, fumant, bousculé, en marche au-dessus de nous comme des montagne et le ciel en est parsemé!"

(Laeta : Cantique des Chars Errants)

 

 

L’ABSOLUE NECESSITE

d’un texte qui répond autant qu’il interroge…!

             « La Cantate… » a eu cent ans le 24 juin dernier. Après douze représentations à Lyon, nous les avons de vives voix fêtés au château d’Hostel en Valromey, dans le cadre même où Claudel l’a écrite – composée, sentie, reçue pour la transmettre et la faire vivre et partager. Nous les avons célébrés en nous appliquant à faire plus et mieux que comprendre et expliquer, tenus, soutenus par l’essentielle nécessité de sentir, transmettre, vivre et partager.

            « La Cantate… », en ce qui me concerne, a croisé ma route après trente huit années, d’apprentissage, de tentatives et de tentations d’expérimentations de personnages, de textes… De tous ceux qu’autant qu’eux-mêmes m’ont travaillé, j’ai travaillés, étudiés, pétris, interrogés, savourés, mis en scène autant qu’en chantier, si je devais n’en garder qu’un, ce serait à n’en pas douter : « La Cantate… ».Michel Béatrix

            Jamais un texte ne m’a à ce point aspiré, ébranlé, inquiété, affamé pour, au fur et à mesure de notre partage, à ce point me fonder, me structurer, m’apaiser, me nourrir ! Jamais un texte ne m’a à ce point dit l’indicible, laissé à ce point presque voir l’invisible derrière la devenue presque transparente paroi du sens, des sens… « Esprit perceptible aux sens et vous, ô sens ! à l’Esprit devenus perceptibles et transparents… ! » 

          C'est du Claudel... et parfois, souvent ! on se demande si ce n'est pas du Shakespeare, alors qu'on venait tout juste de se persuader qu'on était dans "Le Cantique des Cantiques", à moins que nous l’ayons confondu avec « les Trois Sœurs » de Tchékhov. La force et la beauté du texte sont à la mesure de ses verrouillages, de ses scellements. Le tombeau est magnifique. Ce qui grouille et vit à l'intérieur mélange à l'éternité le temporel au spirituel. L'histoire que conte et re-conte "La Cantate..." est plurielle, mouvante, obstinément indéfinie, indéfinissable, autre sans doute d'un soir à l'autre, d'un spectateur à l'autre. Ce sont eux, au final, qui sauront et pourront le mieux et le plus fidèlement nous la re-conter.  

Michel Béatrix

QUOI, LA PAROLE ?   

Photo0590.jpg            « … Je ressentais une soif terrible de mon propre langage. Pouvoir boire ! pouvoir verser sur soi des louches et des louches de mots ! Et je me mis à rêver de ces endroits où mon propre langage était apparu pour la première fois, où mes mots avaient pris formes et couleurs. Car je gardais un souvenir très précis de ces instants où le monde se dilatait :

            Il y avait un endroit, à l’ombre de quelques pins, où la lumière et l’ombre jouaient au chat devant mes mains. Une terre aride, des aiguilles de pin, des fourmis qui traînaient leurs brindilles. Des oiseaux dans les arbres. Joseph qui abattait du bois un peu plus loin dans le boqueteau ; un arbre jaune qui brillait dans le vert. Le silence après la hache, le bruit de ses pas, l’ombre qui tombait sur moi. Ses paroles : Ecoute le ruisseau ! Puis plus rien. Puis le mot « ruisseau » et le murmure lui-même qui se bousculaient vers moi  au même instant. Comme s’enroulant autour de moi. Ruisseau, eau, pierres, murmure. Et il dit : Il vient de la terre et sort à la lumière. Je me souvenais de mon cerf-volant bleu sur la pente en aval de la maison.. Tôt le matin. L’herbe encore humide. Beaucoup d’enfants, beaucoup de cerfs-volants. Le mien me fut alors arraché par un vent violent et disparut. Je courus vers Joseph en criant : Mon cerf-volant s’est envolé. Il me prit par la main et me suivit. Où étais-tu, petit ? Ici. Il regarda le ciel. Là, montra-t-il, là, dans l’amandier ! Quelque chose de grand et de rosé qui cachait la vue sur la pente. Je saisis la branche la plus basse pour grimper. Non, non, dit-il. Il me descendit. Tu dois faire attention aux fleurs. Regarde-les ! Il ploya une branche vers moi. Elles e détachent si facilement. Je vis alors la fleur : elle était rose et blanche, avec des taches rouges. La branche était nue et brune. Elle deviendra un fruit, dit-il. Presque toutes les fleurs deviennent des amandes. Laisse-les finir de pousser. Amandier, ciel, cerf-volant, fleur d’amandier, branche nue. »

Göran Tunström : « La Parole du Désert »

 

 DSC01167recadre.JPGGuillaume Bonnet : "Le Rhône et la Saône" 

"Salut, Rhône,

buveur de la terre

et aspirateur de cette rose immense autour de toi

et le trait

irrésistiblement

du sang animateur qui donne à tout : son sens !"

Laeta : "Cantique du Rhône"

 

Chers Amis, chers A(r)mateurs,

que nous pourrions écrire aussi : A(rt)mateurs...


 Parlons "challenge" !

 

Nous n'allons donner que 12 représentations de cette création ENTIÈREMENT revisitée pour cette reprise.


La période est-elle propice ? La conjoncture ?


Tout dans le cœur, rien dans les poches d'une quelconque (re)production ! Mais nous savons que vous ne nous laisserez pas seuls pour défendre et faire que ce texte qu'est "La Cantate..." illumine et rayonne autour de chacun et du plus grand nombre.


Aide !... Comme à l'accoutumée, nous vous proposons notre souscription (places à 15€ au lieu de 17€ ou 20€) que nous vous demandons de répandre, de partager et de défendre avec la même ardeur que celle que nous avons à promouvoir "La Cantate...".


A cette occsion, nous vous adresserons également l'affiche A4 que vous serez les seuls à bien vouloir éventuellement imprimer et poser autour de vous : nous n'envisageons aucun budget d'imprimerie affiches et tracts.


Précisons enfin que, bien que non programmées, des matinées scolaires peuvent avoir lieu à la demande.


Cordialement vôtres et reconnaissants  pour vos fidèles soutien et accompagnement...

 

  (Laissez votre adresse courriel sur ce site, si vous pensez n'être pas dans notre carnet d'adresses, ou directement à : ciemibe@aol.com) 

LOGO-CieMB-copie-1.jpg

avec le concours du

LogoCreditMutuel-copie-1.jpg

et de

logo-RCF.JPG

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de la Cie Michel-Béatrix
  • : "Michel Béatrix est comédien et metteur en scène : il sonde le verbe et lui donne le jour. C'est un homme de lumière." (Christian-Yves Pratoussy) ... L'actualité de la Compagnie... les créations, les projets, les activités..! La Vie, quoi !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens