Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 10:06


CRYPTE
SAINT-JOSEPH DES BROTTEAUX

du 9 au 27 mars 2010

RECITS
DE
LA PASSION
*
PEGUY - BEATRIX


avec

Michel Béatrix - Hervé Tharel

Aymeric GIRAUDEL The Prophecyhaut
"Et lui, en lui-même, il se disait : voilà ma mère...
qu'est-ce que j'en ai fait !
Voilà ce que j'ai fait de ma mère
cette pauvre vieille femme
devenue vieille
qui nous suit depuis vingt quatre heures
de prétoire en prétoire
et de prétoire en place publique..."

Charles Péguy

RV-2006.09-07-6b-A.D.P-sepia.JPG
"L'homme dont je suis fait, l'homme dont je succombe,
qui me tire à la croix, qui me pousse à la tombe,
l'homme me fait horreur. Je devrais l'aimer moins,
je pars pour l'aimer mieux : je vais l'aimer de loin."

Michel Béatrix

Aymeric GIRAUDEL The ProphecybasPhotos 1 & 3 : Aymeric Giraudel "The Prophecy"  - Photo 2 : Michel Béatrix

        Avec raison, nous pourrions être étonnés, frappés d'étonnement par cette inattendue oasis, source de mémoires et de célébrations, qui nous accueille au sortir du désert du temps de carême ; à peine allions-nous nous désaltérer aux rives abordées de la Terre Promise de Pâques qu’une voix  s’élève, seule, unique, pour nous dire : « J’ai soif » … !


    Opéra parlé. Duo de cris, de murmures, de douces-amères imprécations : le fracassement de Charles Péguy alterne avec le lyrisme de Michel Béatrix dans une  succession haletante de récitatifs et d'arie.

 

Textes

Charles Péguy : extrait du "Mystère de la Charité de Jeanne d'Arc"

Michel Béatrix : "Avant-Dernières Paroles de l'Homme".

 


Du 9 au 27 mars 2010. Tous les soirs à 20h30

Mercredi à 19h. Dimanche à 16h (Relâche le lundi)


P.A.F : 20€, 15€ (seniors, étudiants)

10€ (scolaires, dem. d'emploi, groupes à partir de 10 sur réservations, prof. du spectacle)

(réservations possibles dès à présent par contact de ce blog)

Crypte Saint-Joseph des Brotteaux : 99, rue Crillon. LYON 6ème (Métro A : Masséna) 

 

*

Charles PEGUY – 1873-1914

  Sources : Jean Bastaire


« Hein ! mon récit… Mon vieux, je n’y pensais pas, ça m’est venu quand je corrigeais mes épreuves, ça m’a tenu huit jours… Des choses comme ça, c’est dicté. »

 

Charles Péguy       Charles Péguy naît dans une famille modeste : sa mère, Cécile Quéré, est rempailleuse de chaises, et son père, Désiré Péguy, est menuisier. Ce dernier meurt d'un cancer de l'estomac quelques mois après la naissance de l'enfant, qui est élevé par sa grand-mère et sa mère.


       En 1885, il est remarqué par le directeur de l'Ecole Normale d'Instituteurs d'Orléans, Théodore Naudy, qui le fait entrer au lycée d'Orléans, et lui obtient une bourse qui lui permet de continuer ses études. Pendant ces années passées à Orléans, Péguy suit des cours de catéchisme auprès de l'abbé Cornet, chanoine de la cathédrale.


       Au lycée Pothier, quoique bon élève, il se fait remarquer par son caractère : en avril 1889, le proviseur du lycée écrit sur son bulletin : « Toujours très bon écolier, mais j'en reviens à mon conseil du dernier trimestre : gardons-nous du scepticisme et de la fronde et restons simple. J'ajouterai qu'un écolier comme Péguy ne doit jamais s'oublier ni donner l'exemple de l'irrévérence envers ses maîtres. »


       Il obtient finalement son baccalauréat le 21 juillet 1891. Demi-boursier d'État, Péguy prépare ensuite le concours d'entrée à l'Ecole Normale Supérieure au lycée Lakanal, à Sceaux, puis à Sainte-Barbe. Il fréquente encore la chapelle du lycée Lakanal en 1891-1892. C'est peu à la fin de cette période qu'il devient « un anticlérical convaincu et pratiquant ». Il intègre l'Ecole Normale Supérieure de Paris le 31 juillet 1894, sixième sur vingt-quatre admis. Entre temps, de septembre 1892 à septembre 1893, il fait son service militaire au 131ème régiment d'infanterie.


       À Normale sup', il est l'élève de Romain Rolland et de Bergson, qui ont une influence considérable sur lui. Il y affine également ses convictions socialistes, qu'il affirme dès sa première année à l'École. Lorsque éclate l'affaire Dreyfus, il se range auprès des dreyfusards. En février 1897, il écrit son premier article dans la Revue socialiste, et en juin 1897, achève d'écrire Jeanne d'Arc, une pièce de théâtre ; tâche en vue de laquelle il avait fait un important travail de documentation.


        A propos de la Commune de Paris 1870-1871 Charles Péguy a écrit dans Notre jeunesse : "Le 18 mars même fut une journée républicaine, une restauration républicaine en un certain sens, et non pas seulement un mouvement de température, un coup de fièvre obsidionale, mais une deuxième révolte, une deuxième explosion de la mystique républicaine et nationaliste ensemble, inséparablement patriotique".


DSC00313web-copie-2PEGUY ANTI-MODERNE 


       La réforme scolaire de 1902, portant sur les humanités modernes et l'enseignement secondaire unique, est sans doute la première occasion à laquelle Péguy exprime aussi violemment son rejet du monde moderne : « Comme le chrétien se prépare à la mort, le moderne se prépare à la retraite ». Dans ses Cahiers de la quinzaine, il écrit :


       « Aujourd'hui, dans le désarroi des consciences, nous sommes malheureusement en mesure de dire que le monde moderne s'est trouvé, et qu'il s'est trouvé mauvais ».


       Il se sépare ainsi peu à peu de la gauche pour rejoindre les rangs nationalistes et souhaite une guerre avec l'Allemagne pour recouvrer l'intégrité du territoire.


        Deux années plus tard, dans Zangwill, il allie ce rejet de la modernité à celui du progrès, « grande loi de la société moderne ». Péguy critique dans la modernité la vanité de l'homme qui prétend remplacer Dieu, et un certain avilissement moral auquel il est selon lui impossible d'échapper dans le monde moderne.


MORT AU CHAMP D'HONNEUR  Chartres-aux-Bles1web-copie-1.JPG

       Lieutenant de réserve, il part en campagne dès la mobilisation en août 1914, dans la 19e compagnie du 276ème régiment d'infanterie et meurt au combat la veille de la bataille de la Marne, tué d'une balle au front, le 5 septembre 1914 à Villeroy, alors qu'il exhortait sa compagnie à ne pas céder un pouce de terre française à l'ennemi. Un de ses proches, Joseph Le Taconnoux, a rapporté qu'avant son départ, Péguy lui avait affirmé : « Tu les vois, mes gars ? Avec ça, on va refaire 93 ».


*
PETITES HISTOIRES DE LA GRANDE : JANVIER 1873
- le 2 : naissance de Thérèse de Lisieux
- le 7 : naissance de Charles Péguy
*
UN ECRIVAIN MYSTIQUE 

MIRIBEL écrivain mystique-copie-1       Son retour au catholicisme a eu lieu entre 1907 et 1908 ; il confie en septembre 1908 à son ami Joseoph Lotte : « Je ne t'ai pas tout dit... J'ai retrouvé la foi... Je suis catholique... ». Cependant, son entourage remarquait depuis quelques années déjà ses inclinations mystiques ; ainsi, les frères Jean et Jérôme Tharaud se souviennent l'avoir fait pleurer en racontant les miracles de la Vierge, à la Noël 1902. Le 16 janvier 1910 paraît Le Mystère de la charité de Jeanne d'Arc, qui s'inscrit clairement dans la perspective d'une méditation chrétienne et manifeste publiquement sa conversion. La réaction du public catholique est plutôt méfiant. Son intransigeance et son caractère passionné le rendent suspect à la fois aux yeux de l'Église, dont il attaque l'autoritarisme, et aux yeux des socialistes, dont il dénonce l'anticléricalisme ou, sur le tard, le pacifisme.

       Pourtant, il ne devient pas catholique pratiquant. En effet, Charles Péguy n'aurait jamais communié adulte et n'aurait reçu les sacrements q'un mois avant sa mort, alors qu'il était sous l'uniforme.

LE MYSTERE DE LA CHARITE DE JEANNE D'ARC 
 
DSC03363       La pièce reprend, en la développant, une oeuvre plus ancienne de Péguy, Jeanne d'Arc, écrite en 1897. Les trois protagonistes sont toujours présentes : la petite Jeanne et son amie Hauviette, ainsi que Madame Gervaise (titre donnée à une religieuse). Le thème central de leurs échanges est à nouveau la question du mal et de la souffrance dans le monde, "mais les raisonneuses de 1897 sont devenues des contemplatives, debout, avec Marie, au pied de la croix". Cette dimension contemplative et mystique fait du Mystère de la Charité de Jeanne d'Arc un texte fascinant. Pour Pie Duployé, auteur d'une analyse de l'oeuvre de Péguy :

       "le Mystère ne révèle ni l'histoire de Jeanne, ni la pensée, fût-elle religieuse, de Péguy, mais sa prière. C'est, selon le mot de Bernanos, Jeanne écoutée par Péguy ; la prière de Jeanne telle que Péguy peut l'entendre sortir de son propre coeur, quand il cherche à représenter cette sainte, et à écouter sa prière".

        Au coeur de l'oeuvre : le Récit de la Passion.

LE RECIT DE LA PASSION 

DSC00330       Oser Péguy...! pour se débrousailler l'esprit et fouler de plain-pied le Mystère humanisé de la Croix ; pour entendre ceux qui sont allés jusqu'au bout intoléré de leurs convictions.

       Un homme, un cri : celui d'un poète - celui de l'Homme - les bras ouverts, vertical devant la mort, son angoisse et sa souffrance. Univers dépouillé où le temps se suspend pour remonter jusqu'à nous et, sur nous, repasser.

       Dans le Récit de la Passion de Péguy, la souffrance fait écho à l'angoisse et à l'amertume des Avant-dernières Paroles de l'Homme de Béatrix : la souffrance viscérale, la souffrance des entrailles puisque ce texte dit l'intuition, la perception, la vision de celle de la mère spectatrice cum-patissante de la souffrance physique de son enfant. Péguy nous prend de haut !... et nous redescend à un  niveau commun d'humanité entre Dieu qui s'est fait homme et nous, nous invitant à considérer la perspective divine dans laquelle nous pouvons... devrions nous placer.

       Jésus déborde des Evangiles. A sa propre flamme, il se brûle. Découlée de la Passion, Marie s'écoule et se répand moins en fonte qu'en fusion de regrets et de déceptions, d'interrogations égales ; de doutes aussi ; de larmes enfin.

       Jésus atteint son état absolu d'homme qui ne sait plus. Nous entrons dans le doute absolu, c'est-à-dire : conscient, c'est-à-dire : humain, quand la souffrance physique et morale est telle que la vie qui va nous être arrachée - à nous-même et à la présence des autres - semble soudain privée de tout sens, de toute cause et de toute finalité.

       "Et lui en lui-même il se disait : voilà ma mère, qu'est-ce que j'en ai fait..."  ; "Elle pleurait, elle pleurait, elle ne comprenait pas très bien".

AVANT-DERNIERES PAROLES DE L'HOMME 

Céline 2009.04 17bdétail       Au soir de ce que l'histoire chrétienne nommera Jeudi Saint, Jésus le Nazaréen essaie de prolonger le temps de ce qu'il sait être son dernier repas partagé avec sa famille et ses amis.

       Poème adolescent, plus de trente ans séparent la première version de 1970, qui comptait 104 vers, de celle de 2001 qui en compte 320 : un acte...!

       " Il est intéressant de noter qu'en 1970, je ne connaissais pas encore le Récit de la Passion. Il était pour moi naturel, évident de devoir écrire en vers ce récitatif, cette longue confidence, cette méditation limite, amère et nostalgique ; pour peut-être répondre et suivre mieux son appel : la pulsation plus intérieure que cérébrale du moment. La poésie jaillit, coule et s'écoule avec le flux-même des acceptations et des abandons finaux. Encore et toujours : l'alexandrin pour moi n'est pas une sophistication stylistique mais un écho de nos rythmes physiologiques.

       Je ne m'explique pas l'audace, la curiosité qui m’ont poussé à faire parler Jésus, surtout à ce moment-là : la veille de sa Passion, de son Patissement. La veille : aussi bien l’avant que l’attente, ce moment particulièrement lourd et dense et chargé où le film d’une aventure, d’une vie qui va se jouer, s’achever, se met en espoirs et en doutes, en questions et en demandes… En  pause. « Play – Pause – Record ». Qu’aurons-nous de cela enregistré avant que la théologie s’en mêle et s’y emmêle ? »

  V O Y A G E 

DSC00055b-copie-1       Lorsque vous faites du tourisme, rares sont les guides qui vous indiquent une direction, une contrée, un coin à visiter, à explorer et vous invitent, vous poussent à partir seul et à ne les retrouver qu'à la fin de votre excursion pour échanger avec eux vos impressions.

       Serait-il guide, celui qui accepterait peut-être, a fortiori qui goûterait que vous lui fassiez découvrir le petit ou grand quelque chose à côté duquel il aurait pu se faire qu'il fût toujours passé sans le voir ?

       Celui-là serait maître-guide qui vous laisserait le guider, l'enseigner.


       Prenez le large. Qu'il n'y ait rien entre vous et le large. Pas même vous. Quittez le port, virez de bord. Hissez les voiles, larguez les amarres. Prenez ainsi les textes : "dans leur plein, dans leur large, dans toute leur crudité", nous exorte Péguy ; à pleine bouche, à pleine voix, dans tout ce qu'ils veulent et peuvent dire, dans tout aussi ce qu'ils essaient de nous cacher pour nous le laisser mieux découvrir et révéler.

       Livrez-vous à la pêche effrayante et miraculeuse du sens et de la signification.

"Matelot d'une mer que hantent les Sargaces
je suis souvent parti et jamais revenu
je suis tout à la fois le poisson et la nasse
j'ai tout abandonné et je n'ai rien perdu."

Natasha Bezriche - Gilles Gastinel


LA MISE EN SCENE 

cyclone-ivan-n-b.jpg
       Oasis ou champ de bataille, cet espace-temps de « La Passion » ... ? Entendons bien : du Patissement !


       Le Jésus de ces Récits de la Passion est le Jésus d’avant, juste avant les Evangiles : les bras ouverts et tendus vers des frères qui vont l’ignorer, le repousser, le renier ; Jésus vertical devant la mort, son angoisse et sa souffrance. Ces récits sont ceux des calvaires parallèles et simultanés de Jésus et de Marie, ceux de ces quelques heures surhumaines, non plus dites et assénées comme un enseignement religieux mais livrées en confidences.


       Opéra parlé. Duo de cris, de murmures, de douces-amères imprécations : le fracassement de Charles Péguy alterne avec le lyrisme de Michel Béatrix dans une  succession haletante de récitatifs et d'arie.

 

       La mise en Cène est à l'amplitude autant qu'à l'intimité de la trajectoire acérée qui part du repas fondateur pour aller se clouer au centre crucifiant du tourbillon final : circulaire, tabulaire. Contraignante : le sens est lourd d'une table dressée à laquelle l'Hôte et ses commenseaux se sont assis sans pouvoir autrement qu'avec douleur et violence la quitter ou en être exclus avant la fin du repas.

 

       Le noeud mystique est, à tripes nouées, affaire de ventre et de nourriture temporelle pour pouvoir l'être au spirituel. Nous sommes bien ici en l'homme, entre hommes - hommes et femmes confondus dans une égale humanité avec l'Homme majuscule et singulier.


BRIBES ET NOTES 

Christian-Goret-carnivale.1228218544-n-b-legende.JPG       Ce ne sont pas des textes sacrés, cependant... quels sacrés textes !

       Affronter le consacré, le dessertir de son pinacle ; charger le fauve dans son arène, l'éviter, le contourner. S'appliquer à l'épuiser - à le faire sortir du puits. Le pousser dans sa querencia, l'en débusquer pour la lui voler. Jeu de cape et banderilles...

       Faena. Retrouver l'homme, l'animal - son sang sous le cuir, sa substance, s'en éclabousser tout entier. L'amener à son niveau en surmontant le sentiment de peut-être le rabaisser. Le malmener, le démonter. Le trahir en quelque sorte : prendre le risque de se tromper et celui de le révéler.

       Lire entre les lignes, sous elles. S'imposer la ponctuation, la pulsion charnelle du texte pour entendre l'idée simple, quotidienne, populaire. Désacraliser le texte ! A toute force le réouvrir, le battre, le marteler. Faire sauter l'un après l'autre chacun des verrous de la mise en forme derrière laquelle il s'enferme, se cache, pour dire le coeur ouvert du texte sous la pudeur de l'écrit formel.

       Travailler sur soi-même. Retenir l'émotion, les larmes : les susciter, non en jouer. Inventer, sinon trouver le compte à régler. Asséner le rebours compasionnel.

       Qui parle ? Homme ou femme, peu importe. Paroles apocryphes d'évangiles.

MISE EN PIECES DES TEXTES 

  VOIES CHEMIN DE FER n&b            Le monologue initial de Madame Gervaise dans le Mystère... n'est autre que celui de Péguy corrigeant les épreuves avant de les adresser à son éditeur. Dans ce dialogue avec lui-même, Marie se glisse, s'insinue, s'impose : verticale, encore et, jusqu'au bout, debout entre les bras écartelés de son fils.

 

       S'immisce aussi la voix du fils. Chez Péguy, dans les derniers instants : "Et lui, en lui-même, il se disait... ". Chez Béatrix, c'est elle dans toute la chair du Verbe. Dialogue à l'air libre des voix intérieures de l'inspiration ; parallèles enchevêtrées des voies de la création.

 

*

   « Michel Béatrix a réussi un découpage très significatif des textes de Péguy. »

Ph. Chabro : Vaucluse Matin


             « Qu’on vienne écouter ce texte d’amour et de douleur pour découvrir qu’il ne s’agit, pour être bouleversé, que de croire en l’homme. »

Nelly Gabriel : Lyon-Figaro


             « On a l’impression de porter un regard plus large sur le monde qui nous entoure. »

 Le Provençal


             « Un moment rare. A ne pas manquer. »

M-Jeanne Dufour : Le Progrès

*

Karine-Brailly-detail.jpgPeinture de Karine Brailly

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Cie Michel-Béatrix
  • : "Michel Béatrix est comédien et metteur en scène : il sonde le verbe et lui donne le jour. C'est un homme de lumière." (Christian-Yves Pratoussy) ... L'actualité de la Compagnie... les créations, les projets, les activités..! La Vie, quoi !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens