Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 11:37
EDITO 19 janvier 2010

Moins pour flatter l'Ego de l'homme inspirant que  pour rendre grâce et hommage au talent sensible, à la talentueuse sensibilité d'hommes inspirés autant qu'aspirant...

Merci à Christian
Pratoussy : "Andromaque en Profondeur" (re-voir plus bas) ; Frédérick Houdaer pour Le Coup de Grâce : "Passion" ; Jean-Luc Brachet pour Convergences
.

* * *

ARTICLE COUP DE GRACE photo légendéeA quoi reconnaît-on un intoxiqué du Verbe ? A son corps (autant qu’à sa voix). Il faut être un athlète pour servir Claudel ou Genet. Les servir, cela signifie pour Michel Béatrix respecter la violence initiale, la nécessité intérieure qui a fait naître leurs textes, sans se vouloir plus catholique que l’un, plus révolté que l’autre. D’où la nécessité de ne pas manquer de souffle. Et le refus de jouer trop facilement au gros-bras.

 

               Michel Béatrix n’est pas le premier metteur en scène-comédien à avoir vécu sa découverte du théâtre comme une entrée en religion et à se soucier de faire résonner la langue française grâce aux pièces les plus fortes et (osons le mot) les plus « construites » du répertoire. Mais dire qu’ils sont légions à s’approprier ce combat, à parler en termes de « crise humanitaire du langage » serait mentir (sur Lyon, on songe à Renaud Lescuyer et à Schiaretti).

 

               En 1996, Michel Béatrix crée la compagnie qui porte son nom et fait entendre dans la crypte de Fourvière, le Récit de la Passion de Péguy. Là où certains spectateurs craignaient d’être assommés par un pensum… ils reçoivent une gifle qui réveille leur goût pour un  théâtre aussi écrit qu’incarné.

 

               Mains. B légendéeEn 2003, lors du festival « La Chair et Dieu » (un nom qui semble avoir été inventé pour Béatrix), c’est au tour de Corneille et de son Polyeucte de « réveiller les morts » à l’abbaye d’Ainay. Le succès public et critique est au rendez-vous.

 

               Béatrix récidive au même (prestigieux) endroit quelque temps plus tard, avec la complicité du père Jean-Rémy Falciola. L’arme du crime ? Claudel. Béatrix ne craint pas de mettre en scène l’Annonce faite à Marie (lors même que cette pièce a valu à Schiaretti une volée de bois vert de la part des tenants du culturellement correct), qui fait l’unanimité parmi tous ceux qui l’on vue. La « marque de fabrique » de Béatrix ? Pas grand-chose… le strict nécessaire, l’exacte mesure pour que le public vive une expérience dans une réelle proximité avec les comédiens, tout en ne se sentant pas agressé. Béatrix n’est pas de ces metteurs en scène qui « tiennent les spectateurs par la nuque pour leur plonger la tête sous l’eau ». S’il ne se réclame pas de Peter Brook, le travail de Béatrix est parfaitement résumé par l’idiome du vieux sage : « La simplicité n’est pas vertu puritaine, mais le chemin pour arriver à un théâtre ouvert ». Ou bien encore : « Nous cherchons la liberté absolue et la rigueur absolue ».

 

               Plus que d’une troupe, on peut parler d’une véritable cordée de comédiens autour de Béatrix : Hervé Tharel (de plus en plus impressionnant depuis Polyeucte), Claire Lebobe-Maxime et Céline Barbarin (les deux capables d’un jeu aussi subtil que solide). Ceux qui ont entendu les chants de Natasha Bezriche ou de François Gineste lors de l’Annonce… ou de Polyeucte ne les ont pas oubliés.

          

mosaique_pour_livret_copy.jpg         Résumons : Claudel, Corneille, Genet, Péguy, Picq, Molière, Racine… et pourquoi pas Montherlant tant qu’on y est ? Béatrix y songe (à aggraver son cas ?). Il y aurait aussi – forcément ! – Dostoïevski, mais à la seule condition de pouvoir présenter un travail d’une douzaine d’heures. Minimum. Et toujours dans cette crypte de Saint-Joseph-des-Brotteaux où Béatrix vient d’enchaîner plusieurs pièces : Dom Juan de Molière, Pilate de Jean-Yves Picq, Andromaque de Racine). En espérant pérenniser cette résidence artistique. On aurait tort de voir dans le travail de Béatrix les marques d’un quelconque repli identitaire. Nulle ostentation, nul prosélytisme chez le metteur en scène quand il affirme : « Je regarde en face ma culture, la culture judéo-chrétienne. Même au travers d’œuvres écrites parfois en réaction-négation à cette culture… Cette culture-là n’a rien de virtuelle. Je vis, je baise dans une réalité judéo-chrétienne, j’adore le goût du péché. »

FREDERICK HOUDAER

* * *

Michel Beatrix : « Il faut arrêter de viser bas : nos contemporains sont absolument aptes à recevoir des choses fortes, sincères. »

 

2007.09-26-2.jpgPeut-on encore être entendu en visant haut, quel niveau d’exigence avoir avec soi-même et avec les autres, comment interpréter des textes difficiles pour en restituer la petite musique, quel rapport entretenir avec les « faiseurs d’opinion »… ? En invitant ce mois-ci le Lyonnais Michel Beatrix, acteur et metteur en scène de théâtre, « Convergences » lève le rideau sur quelques pistes de réflexion.

 

Vivre en rebelle est un choix. Aller à contre-courant, un constat. A 56 ans, Michel Beatrix a pris l’habitude de vivre à contre-courant. « Le théâtre est une évidence depuis toujours » pour ce metteur en scène capable de remplir les salles en montant les spectacles de Péguy ou Molière, Claudel ou Racine. Elève à Oyonnax (Ain), ses professeurs le jugeaient à la fois « brillant et paresseux », et néanmoins tellement attachant. Il ne s’est jamais demandé ce qu’il ferait plus tard. Quand il explique au conseiller d’orientation qu’il se voit en acteur, celui-ci lui répond « oui, mais comme métier ? ».

 

Comme métier, il sera bien acteur et metteur en scène, dont il donne une belle définition, « faire s’interroger les spectateurs sur eux-mêmes ». A la différence du professionnel prêt à tous les compromis tout autant que de l’intellectuel qui n’en accepte aucun, il cherche dans ses mises en scène à transmettre le message de textes réputés difficiles, naviguant entre deux écueils qu’il refuse de la même façon.

 

dscn7101-photo-alain-Burdet.jpgCôté cour, il en a « marre d’entendre qu’il faut proposer des choses plus simples, plus accessibles » sous prétexte de s’adapter aux canons de l’époque. Sa conviction, c’est que « le public est sensible. Il faut arrêter de viser bas, les gens sont absolument aptes à recevoir des choses fortes, sincères ». A condition toutefois de réaliser ce travail de mise en scène, qu’il conçoit comme un rôle de passeur car côté jardin, si quelque chose le révolte, c’est cette mode des metteurs en scène qui « prennent soin de faire chier une salle ». Dans la bouche d’un amoureux de la belle langue, l’expression pèse de tout son poids.

 

Entre populisme et intellectualisme, Michel Beatrix, emprunte la porte étroite à la façon d’un André Gide, mais il n’en connait pas d’autres. Alors que le lycéen littéraire éprouvait des difficultés en mathématiques, le voilà quelques mois plus tard qui enseigne cette matière pour gagner son pain en attendant de pouvoir vivre de sa passion. Se souvenant de ses propres difficultés, il trouve les mots pour rendre la matière accessible. Ce qui est vrai de la matière scientifique le sera des « grands textes » du théâtre. L’important est de leur donner vie : « Le texte est une partition. Mozart a écrit do sol mi ré do, le musicien doit restituer toute la musicalité du Requiem. Quand vous proposez ‘‘l’Annonce faite à Marie’’ de Paul Claudel, votre travail est de permettre au spectateur de pénétrer en plein cœur de l’infini ouvert par l’auteur ».

 

Le metteur en scène lyonnais avait fondé en 1975 une première compagnie de théâtre. La lecture des bons auteurs ne prépare pas à celle des livres de comptes et comme il l’avoue lui-même, « je pensais que j’avais du talent et que donc tout m’était dû. J’ai planté ma banque de l’époque de quelques milliers de francs ». Nourri de l’expérience, Michel Beatrix fonde dans les années 90 une deuxième compagnie qui porte son nom. Sur le conseil d’un ami, il ouvre un compte à la Caisse de Crédit Mutuel de Lyon République, « parce que le contact y est très sympathique, et parce que le personnel comprend bien les spécificités du statut d’intermittent ».

 

DSC_4483-photo-Ferruccio-Nuzzoweb.jpgLa vache enragée ne l’a pas transformé en rebelle. « L’époque de Louis XIV a été une grande période, y compris dans le pourri et l’horrible – ça va ensemble » dit-il. Ce n’est pas du cynisme, les cyniques baissent les bras. Mais dans l’éternel dialogue entre Corneille qui décrit le monde tel qu’il devrait être et Racine qui le montre tel qu’il est, Beatrix serait plutôt racinien. Il poursuit son chemin en conservant toute son ambition pour les spectateurs dont les rangs sont d’année en année plus denses. Ce n’est pas grâce à la presse : « Les médias, je m’en tape, ils ne sont jamais venus. Maintenant, ils envoient des pigistes, plus personne ne sait écrire ! ». Un vrai drame pour cet amoureux des mots, de la récitation, de la langue. Mais aujourd’hui, il peut se payer le luxe de ne dépendre de personne pour faire tourner sa petite compagnie. Sa liberté acquise au prix du talent et de la patience, il s’en sert pour choisir ses pièces « à l’intuition ». Ne dépendant ni de sponsors privés ni de subventions publiques, il glisse : « J’ai admis qu’il ne fallait pas que je raisonne ».

 

Il a installé sa troupe dans la crypte d’une église lyonnaise. « C’est un lieu idéal pour proclamer la parole, à la source du spirituel. Pendant l’Antiquité, le théâtre était à côté du temple… ».  A ceux qui s’interrogent sur son goût pour Claudel et Péguy, il précise : « La France n’a pas encore digéré sa culture judéo-chrétienne, elle confond spiritualité et religieux. L’humanisme se nourrit du spirituel ».


2008.10-01-CRYPTE.jpgDans son désir de rapprocher les spectateurs des acteurs, il a fini par « tirer un trait sur le fossé entre les deux ». Dans la crypte de l’église Saint Joseph des Brotteaux, les rangées de chaise sont disposées au milieu de l’espace scénique, les spectateurs voient évoluer autour d’eux les acteurs. Pour ces derniers, l’exercice est un peu plus difficile. « Mais pour atteindre le Beau, il faut savoir aller au charbon, se salir » explique le metteur en scène. Pas peu fier du compliment que lui fit un jour le petit-fils de Charles Péguy à l’issue de la représentation d’une pièce de l’auteur. « C’est la première fois que j’ai l’impression d’entendre mon grand-père en personne ».

 

Le public est disparate. Des élèves de seconde et de terminale, parfois narquois au démarrage et souvent bluffés au dernier vers. Des vieux, des jeunes, bonne société et proche banlieue. Le théâtre  retrouve avec Michel Beatrix son caractère universel. De quoi réjouir celui qui se dépeint comme un « écologiste linguistique » qui se bat pour la sauvegarde du vers de douze pieds. « L’alexandrin n’est pas une sophistication précieuse. Il renvoie à quelque chose de nos origines, un rythme profondément humain, comme une pulsion cardiaque ! Il faut le donner à vivre et à entendre ».

 

Le rebelle rêve d’un autre fleuve. Etre à contre-courant influence le courant. Michel Beatrix aurait pu signer le poème d’Edward Bond qui écrivait pour la création de Lear au Royal Court Theatre en septembre 1971 : « Ne quittez pas le théâtre satisfaits. Ne soyez pas d’accord. Quittez le théâtre affamés de changements »

JEAN-LUC BRACHET

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Cie Michel-Béatrix
  • : "Michel Béatrix est comédien et metteur en scène : il sonde le verbe et lui donne le jour. C'est un homme de lumière." (Christian-Yves Pratoussy) ... L'actualité de la Compagnie... les créations, les projets, les activités..! La Vie, quoi !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens