Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 20:29

« La Complainte des Fous  »

 

REPRISE


VOISSANT 

(38620)

JOURNÉES DU PATRIMOINE

septembre 2012

SDC19255.JPG


 AU VIEUX CHÂTEAU

 

samedi 15 : 15h30 et 20h30

dimanche 16 : 15h30

Réservations : 06.15.58.06.72

Saison 2012-2013 : spectacle proposé en tournée

avec représentations à la carte dans les établissements scolaires !

 

 


   

« Si oncques folie fut rieuse

 

moultes complaintes en gargouillèrent. »

Vieil dict'on du Moyen-âge

RIRE GARGOUILLE détail

 « La Complainte des Fous  »

 Histoires

très bonnes et très joyeuses

du Moyen-âge

enluminure1.jpgConception & Mise en Jeux 

Hervé Tharel

RV-la-malice-b.JPG

 Un Texte : des Choix 

« La Complainte des Fous » n’est pas et ne peut pas être un spectacle sur le Moyen-âge – cette période couvre mille ans ! – elle en est une vapeur, une émanation hilarante et enseignante, un kaléidoscope de textes plus ou moins connus qui, étonnamment, nous pré-disent. 

Moyen-Age002La tradition médiévale est essentiellement orale et gestuelle (et le reste jusqu’à la fin de sa période, en dépit de la place et de l’importance que prend l’écrit au XIIème siècle). Un patrimoine de fables et fabliaux a pu ainsi nous parvenir, indiqué plus qu’étudié dans nos collèges et terriblement occulté par la Commedia dell’Arte. 

Ces témoignages de vie, même enluminés de meilleur ou de pire, révèlent de quelles façons réalistes et/ou fantastiques, tragiques et/ou comiques nos ancêtres médiévaux se voyaient, et voyaient leur époque.

Les chroniqueurs et enlumineurs du Moyen-âge organisent idéalement la société en trois ordres : ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui travaillent.

dyn008_original_375_412_jpeg_2666720_dc60b9251c56ae75e5980c.jpgMais l’histoire de la Société Médiévale ne se réduit pas à cette seule classification… Des auteurs, souvent anonymes, nous proposent au travers d’histoires brèves l’illusion réaliste d’une sorte de Comédie Humaine dans laquelle toutes les classes sociales sont présentes : nobles, prêtres, bourgeois, marchands, paysans, voleurs et gueux. 

Pourquoi, encore et toujours ! mettre en lumière des personnages vieux de sept siècles… ? En quelque sorte : pour qu’eux-mêmes nous enluminent. Parce que la plus grande vertu des œuvres anciennes, la seule peut-être qui leur reste échue, est de nous relier à un passé en nous toujours perdurant et vivant, et de nous re-lier, dans son continu tragique et comique, à l’humanité.

 L'Argument  

Nuit des temps… Quatre folles poussières de comètes déverrouillent le coffre magique d’un alchimiste  moyen-âgeux : explosions de sons, de couleurs, de dits, de danses, de jeux, de chants. Spectacle à tiroirs, spectacle à miroirs dont les éclats ne sont que bris et débris de fous et rires.

Feu-d-Artifice-002b-copie-1.jpg

 Intentions de Mise en Scène 

DANSE-GROUPE.jpgSpectacle tout public, "La Complainte des Fous" s'apparente au Théâtre de Rue, de Place où les tréteaux tout naturellement s'invitent. A travers chants, fables et fabliaux, s'appellent et se parlent Trouvères et Troubadours, Fous surgissant pour nous conter, raconter, distraire et informer. Mouvements, espaces et jeux, couleurs sonores et costumières sous la loupe de la farce grossissant à vue d’yeux les travers et les torts des protagonistes. « La Complainte… » est et donne autant à entendre qu’à voir !...

Une chanteuse  comédienne et trois comparses comédiens donnent un branle soutenu à cette heure de ris et jeux. Quatre fols troubadours seront, au fil et gré de scènes qui se courent l’une après l’autre, nobles, vilains, fille à marier, prêtre, mendiant ou clerc, dans un espace de vie ouvert dans lequel scène et public ne font qu’un.

image

 Quand l'Âge est Moyen...

... non pas entre-deux mais Outil !

 Il n’est pas aisé, d’un Chef d’Œuvre à l’autre, de choisir, de sélectionner… d’hésiter entre un récit de Jean Bodel et un fabliau de Rutebeuf ! Ironie du sort : les textes retenus sont tous d’auteurs anonymes tout en étant très connus au XIIIème siècle. Leur popularité tient sans doute à l’utilisation de tous les ressorts d’un comique dramatique comme dans la mythique « Farce de Maître Patelin », dans « Le Paysan Devenu Médecin » dont Molière a assuré la notoriété avec son « Médecin malgré lui ». De même dans « Les Perdrix », nous retrouvons le rôle de la femme rusée qui sait se tirer d’un mauvais pas et arriver à ses fins en donnant justice à tout le monde.

 

Ni plus ni moins que la domination de l’argent, la soif du pouvoir, l’exploitation de l’homme par l’homme, le recours à la fourberie – voire à la violence – la femme médiévale est encore, déjà et toujours d’actualité : la nôtre entre autre.

AtlasRouergue 5Des leçons à prendre et à donner… ? Juste le divertissement de quelques (r)enseignements, re-enseignements, d’hilarantes piqûres de rappel, de fables dans lesquelles ces animaux – que La Fontaine chérira quatre siècles plus tard –  accouchent déjà des mêmes hommes toujours en chemin vers leur humanité. On reconnaîtra aisément « Le Criquet et la Fourmi », « Le Lion qui Chai en Vieillesse », « La terre qui accouche d’une Souris »… Maîtres comiques de cette « Complainte… » : notre humain bestiaire avec ses cycles de sociétés, d’universelle mortalité.

Et comment, évidemment ! imaginer un spectacle Fables et Fabliaux sans chanter ni danser à l’amble des ombres des troubadours qui, comme ils nous hantent, ont égayé le Moyen-âge … ? Sans les invoquer, évoquer par touches de vieux-français ?


« Si dei jeo faire : maldire l’euil, ki vuelt cluignier, quant il deit guarder e guaitier, que mals ne vienge a sun seignur. »

« Je dois faire comme toi : maudire l’œil qui veut se fermer quand il devrait veiller et guetter pour éviter un malheur à son seigneur ! »

Photo_courtoise-litterature_001.jpg

 Le « dit »

La langue du Moyen-âge n’est encore que parole – l’écrit est latin dans les monastères. Elle nous fait penser à une pâte fraîchement composée, gonflant au levain de ses influences diverses, au plain début de son pétrissage. Sa fonction est tout sauf formelle : dire pour faire « entendre » ; entendement qui passe par l’image et le son dits. Sonorisation de l’image.

D’un pays, d’une région, d’une ville à l’autre le son n’est pas le même qui dira la même image. Vertigineux et grand écart qui nous fait passer de la parole aboutie de Claudel, affranchie de tout classicisme, à celle naissante, bouillonnante, éruptive du Moyen-âge ! Archéologie verbale et – peut-on dire – musicale qui nous fait explorer nos sonorités à travers celles des patois d’ici et là, de nos cousins québécois, dans les jeux et éclats de rires d’une humanité qui, au contraire de la nôtre, se sait et sent avancer vers un meilleur terrestre et céleste.

avec

Photo0531-N-B-copie-2.jpg          Sonia FINDLING GP          Marc PIRON 2 GP N&B

Michel Béatrix - Sonia Findling - Marc Piron

&

Hervé Tharel

Herve-THAREL.JPGdu 20 au 25 mars 2012

ESPACE CULTUREL SAINT-MARC

10, rue Sainte-Hélène. 69002 - LYON

feu-d-artifice.jpg

à 20h30 - mercredi à 19h - dimanche à 16h

mardi,  jeudi et vendredi : matinées à 10h et 15h

Réservations : 06 15 58 06 72

Pensez à laissez votre adresse courriel sur ce site pour recevoir notre New Letter !

 

Co-réalisation

VISUEL---CIE-MBbis.jpg&

ECSM_logo.jpg

NOS PARTENAIRES

 

LogoCreditMutuel-copie-3

 

SPEDIDAM logo

 

logo RCF

 

PetitLogooriginalMA2.jpg

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de la Cie Michel-Béatrix
  • : "Michel Béatrix est comédien et metteur en scène : il sonde le verbe et lui donne le jour. C'est un homme de lumière." (Christian-Yves Pratoussy) ... L'actualité de la Compagnie... les créations, les projets, les activités..! La Vie, quoi !
  • Contact

Recherche

Pages

Liens